À fleur de peau

afdp4

Monologue poétique et clownesque par Suzane Rose Caroline
Création Novembre 2016
Durée 50 min, Tout public à partir de 10 ans.
capture-decran-2016-02-25-a-19-05-41

Conception, écriture, chant et jeu Caroline Baumert
Ecriture, recherche de matières et mise en scène Edwige Pluchart
Regard bienveillant, scénographie et lumières Rémy Balagué
Construction Olivier Gauduchau et Rémy Balagué
Création costumes Emmanuelle Grobet
Création fond de scène tissu Valérie L’Hôte
Recherche maquillage Isabelle Bernard
Participation à la recherche de création Pierre Azaïs
Production Le Poing de singe
Co-production Cie Saïda kao et Cirko.

Avec le soutien du Sillon, scène conventionnée pour le théâtre dans l’espace public à Clermont l’Hérault et dans le Clermontais et le soutien du Conseil Départemental de l’Hérault.

 

 


Naissance d’un clown

dsc_0017

Un clown sensuel et dénudé.
Un clown qui nous « miroir » la vie intime féminine.
Un clown qui reflète nos faiblesses, nos complexes et nos désirs inavoués.
Un clown qui repousse nos tabous, jusqu’à la démesure,
Jusqu’à la jouissance simulée, jusqu’au fétichisme.

Ce clown c’est Jean qui rit,
C’est Jean qui pleure.
C’est jean qui crie,
C’est jean qui jouit
Ce Clown c’est Suzane Rose Caroline.

Cette pièce est un véritable souffle de liberté.
Une mise à nue tendre et profonde, un chant d’amour.


A fleur de peau

dsc_0036

Une fenêtre s’ouvre sur un huis clos qui nous dévoile une femme seule dans son intérieur le plus intime et nous suggère un passé important de souvenirs, de cicatrices et de sourires.
Au fur et à mesure de la pièce, elle enlève des couches et repousse ces murs qui l’oppressent.

C’est une pièce chantée et mouvementée qui dessine un voyage au cœur des états d’âmes, qui traverse la complexité de cette femme, et met en exergue son côté multiple.

Le corps de cette femme est rond et sensible
Il chante parfois anglais, parfois français.
Il se meut et se dévoile.
Il ose se laisser caresser du regard,
Il ose se laisser juger dans l’instant et il s’expose pour que la fragilité s’affirme.
Il se forme et se déforme,
Il dépasse les complexes,
Il brise les conventions et les tabous.
Il susurre les doutes, les joies, les folies féminines intemporelles
Il créé une dentelle, une poésie de matière,
Comme un écrin sensible, au cœur duquel le chant s’écoute et le rire s’impose.